Les réseaux sociaux vraiment « sociaux » ?

Les réseaux sociaux sont partout autour de nous: Twitter, Facebook, Snapchat etc. Selon « wearesocial.com », deux milliards soixante mille internautes sont actifs sur les réseaux sociaux. Représentant 28% de la population mondiale! En parallèle, GlobalWebIndex.com a réalisé une étude qui montre qu’un utilisateur passe en moyenne deux heures et 25 minutes par jour sur un réseau social. Pourquoi faire ? Pour se retrouver via des messages, photos et publications, or devant la quantité de publications notre cerveau est submerger par ce surplus d’informations et c’est l’effet inverse qui se produit nous nous renfermons sur nous même. Finalement tout ce temps passé sur les réseaux sociaux n’est-il pas gâché ?

 

Tout d’abord, comme le dit le Pew Research Center, les réseaux sociaux comme Facebook par exemple, permettent une ouverture du débat politique beaucoup plus large. Ainsi, comme l’a dit l’étude, les réseaux sociaux renforcent les convictions de chacun, et permettent la montée de l’antipathie mutuelle entre ce qui pourrait qualifier rapidement les américains de droite et de gauche.
En effet, les gens tendent moins à exprimer leurs opinions s’ils pensent que c’est différent de ceux de leurs amis. Les réseaux sociaux facilitent l’expression du débat public car il nous montre plus facilement les gens comme nous que ceux qui sont différents.
Bien que nous soyons parfois confiants et donnons rapidement notre avis sur des sujets pour lesquels nous ne sommes pas experts, l’étude met en évidence le fait que les gens osent plus facilement parler de sujets complexes, même tabous face à face sur les réseaux sociaux.
On peut conclure que les réseaux sociaux, même s’ils nous donnent l’impression de nous exprimer librement et facilement, ne permettent pas un élargissement de la réflexion. Il y a une différence entre la participation et la délibération.

Ensuite, plus largement, les réseaux sociaux vous permettent d’interagir à distance avec ses « amis ». Encore une fois, nous pourrions débattre du côté social de ces actions.
Je comprends qu’il y ait des avantages. Capable de parler à une personne à l’autre bout du monde, envoyer des photos d’un événement à une personne qui ne pouvait pas venir etc … Ils rassemblent deux personnes quand ils sont à distance.

 

Cependant il y a des limites ; en effet, nous sommes prisonniers d’un besoin d’informations. Nous voulons constamment savoir ce que font les autres et vice versa.
C’est la raison pour laquelle, selon BBC News, le ministre des Transports et des Communications de Tanzanie a demandé à son personnel de consacrer moins de temps aux réseaux sociaux sur le lieu de travail pour être plus concentré.
Nous devons prouver que notre vie est comme toutes les autres, et cette spirale nous conduit à partager que des instants préalablement trier afin d’avoir un paraitre de vie parfaite qui aboutit à un décalage entre virtualité et réalité.

Certes les réseaux sociaux touchent de plus en plus de monde ils
sont un excellent outil de communication et d’expression mais ne sont pas utilisés à bon escient. La plupart servent à nous divertir, les utilisateurs ne font que relayer l’information sans la créer souvent sans l’analyser et réagissent sans prendre de recul. Toutefois les réseaux sociaux nous permettent de rester en contact avec des personnes éloignées, d’accéder à une information riche et variée et de se rassembler en communauté pour interpeller l’opinion public afin de changer les mentalité. ( ex : balance ton porc, LoveArmy,…). Il n’appartient donc qu’a nous d’en faire une meilleure utilisation.
Pedro
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s