Le bitcoin expliqué à un pote

Tous les jours : entre 20 et 100 millions de dollars sont échangés en bitcoin, c’est beaucoup pour une monnaie qui n’existait pas il y a 10 ans.

Le bitcoin c koi ?

On va devoir replonger le nez dans les cours de notre bien aimé prof d’économie, Monsieur Schmitt.

Le bitcoin, c’est une monnaie virtuelle et décentralisée. Les processus de création monétaire et de contrôle des transactions sont gérés par un algorithme.  C’est algorithme : appelé la blockchain, va gérer le volume de monnaie en circulation et autoriser chaque transaction. Si j’ai 5 pommes dans mon sac, je ne peux pas en donner 10 à mon voisin. Ce travail, habituellement réalisé par des institutions financières sous le contrôle d’Etats, est réalisé automatiquement.

Pour comprendre le fonctionnement du bitcoin, il faut remonter à l’antiquité !

Avant l’apparition de l’argent, on utilisait le troc :

J’échange mes 5 pommes contre ton camembert, (chez « un œil sur » on est normand donc on aime bien les pommes et le camembert).

sgsgfsdf

C’était pratique, ça évitait de devoir tout produire soi-même et désormais, on pouvait se spécialiser dans la production d’un seul bien. Le tout, c’était d’échanger des biens dont la valeur était reconnue.

Sauf que rapidement les gens de l’époque se sont rendu compte que ce n’était pas très pratique, si je veux absolument manger un camembert et que mon voisin producteur n’aime pas les pommes : pas de camembert pour moi.

En plus, les pommes, ça ne se conserve pas très longtemps, comment je vais faire pour acheter mes camemberts en hiver quand mes pommes seront moisies ?

Enfin, c’est un peu long de compter quand je veux échanger une maison contre 12846 pommes.

Pour éviter ces problèmes, on a créé des intermédiaires, au début, des coquillages puis des pièces et des billets : c’est une monnaie fiduciaire.

qdffsf

Avec ce système, plus besoin que mon voisin ait envie de pommes pour acquérir mon camembert, je peux garder mes pièces indéfiniment et il est facile de les compter. Mais créer et gérer de l’argent, ça coûte cher, il faut d’abord du métal ou du papier pour créer les billets des Etats qui s’occupent d’échanger la monnaie, de la transférer au voisin etc. L’avantage de l’Etat, c’est qu’on a confiance en lui, et comme créer de la monnaie  fiduciaire, ce n’est pas rentable, on va créer de la monnaie scripturale : c’est une forme d’argent qui n’existe que dans les livres de compte des banques.

On estime actuellement que 2% du PIB mondiale est dédié exclusivement à la création de la monnaie et la gestion des transactions. Soit 1462 milliards de dollars en 2015.

Si l’argent n’est plus qu’une écriture, comment je peux être sûr que demain il vaudra toujours quelque chose ?

Bon déjà, faut savoir qu’aujourd’hui c’est environ 90% de la masse monétaire qui est sous forme scripturale.

La valeur de l’argent dépend de la confiance que les gens lui attribue. C’est parce qu’il y a un consensus sur la valeur de la devise que l’épicier du coin accepte tes euros sans te regarder de haut comme si tu lui tendais des billets de monopoly. Je sais que je peux acheter un camembert avec mes 3€ et que je pourrai toujours le faire dans 3, 6 ou 10 ans :  j’ai confiance en l’euro.

On appelle une monnaie qui repose seulement sur la confiance « fiat monnaie » (rien à voir avec les voitures). C’est sur ce principe que le bitcoin a été développé.

fsfgrg

La petite histoire du bitcoin

En octobre 2008, un usager connu sous le nom de Satoshi Nakamoto publie un article sur internet détaillant une nouvelle manière de créer et échanger de l’argent au moyen d’un algorithme.

Entre 2008 et 2010 une communauté se crée autour de cet algorithme et le perfectionne. Le 9 janvier 2009, la version 0.1 du bitcoin est libérée en open source sur internet : le bitcoin était né.

Le 22 mai 2010 marque une pierre d’angle de développement du bitcoin : le premier achat en bitcoin Laszlo Hanyecz, un américain propose 10.000 bitcoins pour la livraison de 2 pizza, cet achat a permis de donner une valeur au bitcoin, ce n’était plus un simple chiffre sur un ordinateur mais une monnaie qui permettait de se procurer des choses dans la vraie vie !

(ça fait 9,3 millions de dollars de pizza au cours actuel du bitcoin !)

fsefsgdg

En décembre 2010, l’utilisateur Satoshi Nakamoto disparait des forums dédiés au bitcoin. L’identité de la personne ou du groupe derrière ce pseudonyme reste encore inconnu à ce jour.

Pourquoi voudrais-je utiliser des bitcoins ?

  • Premièrement car c’est moins cher : je peux envoyer directement un bitcoin de mon portefeuille au portefeuille d’un ami sans passer par des intermédiaires ce qui diminue fortement les frais.
  • Deuxièmement car c’est facile, payer en bitcoin, c’est comme envoyer un mail : il suffit de taper l’adresse du portefeuille destinataire, la somme, cliquer sur envoyer, et le tour est joué. On trouve une application pour smartphone et un logiciel pour ordinateurs. On peut utiliser le bitcoin partout dans le monde.
  • Troisièmement, car c’est sécurisé, le réseau est protégé par des individus appelés des mineurs, les mineurs sont récompensés par les bitcoin nouvellement créés pour vérifier les transactions, ces mineurs mobilisent la plus grande puissance de calcul du monde, l’équivalent de 100 fois l’ensemble des serveurs de Google réunis. Une fois que les mineurs ont finis de vérifier la transaction, elle est validée et inscrite dans un grand registre public : chacun peut voir les transactions effectue (sans bien sûr connaitre l’identité de l’émetteur et du récepteur). On peut voir ça en live ici : http://bitcointicker.co/transactions/ c’est assez dingue il y a des milliers d’euros échangés chaque seconde !
  • Quatrièmement, par ce que c’est totalement anonyme, votre portefeuille est crypté par une un système de cryptographie asymétrique (clé publique et clef privée), votre vie privée est donc protégée.

Mais c’est quoi les risques ?

  • Le bitcoin est très volatile et sensible à la spéculation, le cours du bitcoin est assez erratique, la valeur du bitcoin n’est pas stable dans le temps, ce qui empêche d’avoir une visibilité à long terme sur la valeur de son portefeuille.

fsggrdgx

  • L’anonymat total des transactions ainsi qui l’impossibilité de geler un compte rendent le bitcoin parfois privilégié lors d’affaires d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent (on estime qu’environ 1% des échanges de bitcoins sont liés à des activités illégales)
  • Il existe également un risque environnemental, les mineurs représentant la plus grosse puissance de calcul du monde, la consommation énergétique est immense.

S’il est aujourd’hui compliqué d’utiliser le bitcoin comme seule source de monnaie (on pense au fameux type qui a survécu pendant un mois en utilisant juste le bitcoin comme un challenge personnel -> allez voir sur google). Mais le bitcoin peut s’avérer utile dans de nombreux cas, il est par exemple massivement utilisé par les réfugiés politiques pour transmettre de l’argent sans prendre le risque de se faire retracer par les régimes dictatoriaux de leur pays d’origine. Sans une stabilisation du cours le bitcoin et les monnaies virtuelles en générales ne pourrons pas décoller à mon sens.

Raph.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s