… la COP22 : De la négociation à l’action

Bonjour la compagnie, aujourd’hui on jette un oeil sur la COP22 qui se déroule en ce moment au Maroc et qui se termine ce vendredi.

Mais tout d’abord revenons rapidement sur la COP21 afin de mieux appréhender la COP22 qui se situe dans le prolongement logique de celle-ci.

La conférence des parties est une discussion internationale qui réunit les nations ayant signé la convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

L’accord de Paris qui s’est tenu au Bourget du 30 novembre au 12 décembre 2015 a été le premier du genre à concerner tous les pays, industrialisés ou non.

Cet accord a été qualifié de « première historique » car aucune ratification internationale n’avait été aussi rapide jusqu’à présent.

« Nous avons fait en neuf mois, ce qui avait pris huit ans pour le protocole de Kyoto », a souligné Mme Royal. Cela signe donc une prise de conscience collective au plus haut niveau politique et atteste de l’urgence de la situation.

Pour permettre son application, ce traité devait être ratifié par au moins 55 pays responsables d’au moins 55% des émissions de gaz à effet de serre.

L’accord de Paris est donc entré en vigueur le 4 novembre 2016.

L’objectif principal étant de contenir la hausse des températures bien en deçà des 2°C avant la fin du siècle.

Alors que certains reprochaient à la COP21 de ne pas aboutir à des solutions concrètes et de ne pas être juridiquement contraignante, la COP22 apparait donc comme la solution aux problèmes.

En effet maintenant que le travail diplomatique est globalement terminé il faut désormais accélérer l’action.

Du 7 au 18 novembre 2016, 196 nations se réunissent donc à Marrakech afin de discuter des modalités de mise en œuvre de l’accord signé à Paris.

Durant ces 11 jours, il s’agit donc de discuter et de débattre de la mise en place de solutions concrètes.

Les grands thèmes abordés durant cette « COP de l’action » sont la réduction des émissions de gaz à effet de serre et la prise d’initiative en faveur des pays en développement.

Par ailleurs la question de l’agriculture apparait comme un enjeu majeur face à une population mondiale qui ne cesse de croitre.

Les différents dirigeants ont aussi pour objectif de proposer des actions concrètes pour protéger les pays du Sud, et particulièrement l’Afrique, première victime des conséquences du réchauffement climatique.

Les pays les plus pauvres se trouvent être les plus vulnérables face aux effets du changement climatique, alors qu’ils en sont les moins responsables.

C’est pour cela que les pays développés se sont engagés à verser 100 milliards de dollars par an dès 2020 au pays en développement afin de les aider à faire face au dérèglement climatique.

Espérons que la transparence sur les financements sera aussi au rendez-vous.

De nombreux projets intéressants sont à l’ordre du jour comme par exemple l’initiative pour l’Adaptation de l’Agriculture Africaine (AAA), qui vise à réduire la vulnérabilité de l’Afrique et de son agriculture aux changements climatiques en favorisant la mise en place d’initiatives concrètes.

Alors que le secrétaire général de l’ONU, Mr Ban Ki-moon nous rappelle dans son discours la nécessité d’un arrêt des subventions aux énergies fossiles, et d’une transition énergétique rapide, nous espérons sincèrement que cette COP22 permettra d’établir une feuille de route d’actions concrètes pour ainsi réconcilier l’Humain et la Nature.

Buddy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s