Qui a les plus gros boobs de l’EM ? ou l’art du pute-à-clic

 [EDIT: confirmant largement les propos ci-dessous, cet article est celui qui a attiré le plus de visiteurs sur le site …]

Plus de 60% des utilisateurs de Facebook et Twitter likent, retweetent, partagent, commentent des articles de presse sans les avoir lu, sans même les avoir parcourus, simplement en réagissant au titre. Ces données sont issues de plusieurs études (The Science Post, INRIA, Université de Colombie) dont l’une d’entre elles, celle du Science Post, avait réussi le triste exploit d’atteindre les 48 000 partages d’un article au texte généré aléatoirement, sans aucune signification.

Le titre, et peut-être encore plus la photo qui l’accompagne, deviennent à eux seuls les sources principales d’information d’une majorité des utilisateurs. Dans le torrent ininterrompu d’information à l’ère du numérique, ce qui a de la valeur est votre attention. Il faut réussir à la retenir plus d’une minute, et c’est là que les règles de déontologie s’effondrent… Pour un clic, un partage, beaucoup sont prêts à toutes les vulgarités.

Ce sujet, toute la génération née après 1990 le connait. Les putes-à-clic (« clickbait » outre-manche) envahissent nos sphères cognitives : Facebook, Twitter, mais aussi Youtube, Instagram, … On est tous au courant que la pandémie touche tous les réseaux sociaux où notre génération s’est installée. On connait tous les pages « le saviez-vous », «minute buzz»,  ou encore « codes de fils de pute » qui polluent (ou égaient) nos fils d’actus Facebook.
click-bait-240x300

Aurait-on jamais imaginé les auteurs du « gagnez 10 000€ par jour sans rien faire » ou encore « agrandissez la taille de votre pénis de 35 cm » devenir les pères du marketing en ligne ?

Des sites font de cette stratégie marketing leur fonds de commerce : vice, buzzfeed, konbini, spion, slate, etc. Là, on retrouve certains titres récurrents comme « top 10 des – placer un sujet qui excite la curiosité d’un cerveau débranché – le numéro 7 va vous surprendre ! « , on a appris à ne plus en être étonné, et même on a appris à les apprécier à leur juste valeur: un outil essentiel de la panoplie des passe-temps du procrastinateur du XXIème siècle.

Cependant, sachant faire la part des choses, ça fait quand même mal de savoir qu’un titre comme celui-ci :

hollobs

Puisse venir de la presse traditionnelle (ici l’Obs) qui a toutes les prétentions vis-à-vis d’internet mais qui donne chaque jour des raisons de se réjouir de sa mort lente (parce que pour pondre ce genre de titre le contribuable a le bonheur de contribuer à hauteur de 162 millions d’euros par ans, faut pas voir que le mauvais côté des choses, ça garanti l’indépendance et l’objectivité de la presse française. Ah non, on est 38ème en termes de liberté de la presse derrière certains pays africains qui n’ont pas l’image de pays libre que l’on se vante d’avoir, cf classement mondial 2015 reporter sans frontière)

La tyrannie de la médiocrité touche jusqu’aux plus vielles institutions de notre vieux pays.

Nous savons donc que la majorité des utilisateurs des réseaux sociaux, pour qui ils sont le seul lieu d’information, ne lisent que les titres et que nous voyons que des journaux qui pouvaient paraître sérieux prennent la mauvaise habitude de s’aligner sur les techniques les plus irrespectueuses de l’intelligence de ses lecteurs.

Heureusement, toute la presse ne verse pas dans cette mauvaise habitude, et des journaux comme Libération ou le Monde Diplo ont déjà eu la dignité de pointer du doigt le phénomène.

La course aux likes est une conséquence directe de l’obligation d’immédiateté de l’information et de tout en général. Pour des acteurs qui ont une certaine autorité intellectuelle l’utilisation des titres clickbait nuit dans une certaine mesure au débat public, et aussi à leur propre crédibilité.

Nous verrons dans un article approfondi qui paraîtra dans la version papier d’Un Oeil Sur, quelques raisons qui poussent certains journaux à avoir recours à ces méthodes.

En attendant, les titres pute-à-clic ont fait leur preuve et si vous manquez d’imagination pour améliorer votre visibilité sur internet voici un très bon générateur de titre pute-à-clic http://www.le-toaster.fr/generateur-buzz/

Moustache


Les sources:

http://www.salehumain.fr/2016/07/07/pute-a-clique-clickbait-con-article-merde-soudain/

http://www.fier-panda.fr/article/pute-clique-1

http://www.liberation.fr/direct/element/le-demotivateur-site-a-clic-qui-na-pas-honte_8530/

http://www.valeursactuelles.com/liberte-de-la-presse-la-france-degringole-a-la-45eme-place-61248

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s