(Une oreille sur) … Radio Phénix – 92.7

Radio Phénix en Chiffres :

Créé en 2003

Fréquence 92.7 depuis 2008

Des milliers d’auditeurs par jour

2 salariés

3 Services Civiques

30/40 bénévoles par an

5800 likes sur Facebook

600 followers

img_2565
Studio de Radio Phénix

Vous êtes en train d’écouter la radio, et une musique commerciale vient de se faire huer par un « Oh Nonnnnn ! » ; ne chercher pas … vous êtes sur Radio Phénix à Caen !

Quoi de mieux pour les nouveaux étudiants de l’école, ou pour ceux qui ne connaissent pas encore, de découvrir cette radio associative, indépendante et étudiante !

Pour vous faire partagez mon enthousiasme envers cette radio, je suis parti à la rencontre des passionnés qui l’animent et la gèrent.

En plein cœur de la cité Lebisey, dans les hauteurs de Caen, pas très loin de notre école, j’ai pu découvrir les studios de LA radio caennaise étudiante.

Ambiance « lounge », avec faux mur en brique et canapé en cuir, j’ai été accueilli à la radio par Adrien Guillemette, responsable des partenariats et de la communication de la radio, auprès duquel j’ai pu recueillir ses propos :

Cela fait depuis 2008 que Radio Phénix émet sur la fréquence 92.7, avant ça vous étiez présents sur internet. Comment a évolué la radio depuis ses débuts ?

Le projet a commencé en 2003, parti sous l’impulsion de quelques étudiants de Caen qui voulaient trouver un média afin de réunir les différents campus de la ville. Du coup, est arrivé assez rapidement l’idée d’une radio, car c’était le moyen le plus facile pour parler à tous les campus et tous les étudiants ; et en plus parce que ces jeunes ne se retrouvaient pas vraiment dans les programmations musicales que proposaient les radios qu’il y avait sur Caen. Il manquait des genres musicaux comme le hip-hop, l’électro… etc.

Donc ces deux vecteurs ont fait qu’ils ont voulu se lancer dans l’aventure. Cela a été un peu compliqué au début, il y a eu une période où la radio était en éphémère effectivement sur internet, mais depuis 2008 le CSA nous a laissé la fréquence définitive 92.7, et j’espère qu’on va la garder encore plusieurs années …

Comment est organisé le personnel dans la radio ?

Nous sommes deux salariés, Guillaume Costard qui est le directeur d’antenne et programmateur, et moi je suis le chargé des partenariats et de tout le relationnel avec l’extérieur.

Après nous avons trois personnes qui sont en contrat Service Civique : 2 journalistes qui ont chacun une quotidienne, Mathieu Message pour Label Antenne à 18h, porté plutôt sur la culture et Clémentine La Ridée pour La Méridienne à 13h, sur l’actualité locale et universitaire. Et nous avons aussi une personne en service Civique, Théo Coquelin à la technique.

Le reste se sont des bénévoles, entre une trentaine et une quarantaine par an, qui font des émissions sur notre antenne, comme WAM (We Are Malherbe, émission dédiée au monde du foot), Factor(i), Mad Brains… etc.

Donc du coup la radio dépend beaucoup des bénévoles ?

Oui, car nous n’avons pas le temps de faire des émissions toute la journée, c’est pour ça que les bénévoles sont là. Nous (les salariés) sommes surtout là pour faire vivre la radio. Le but d’une radio associative c’est que les bénévoles viennent faire des émissions, animent l’antenne, présentent des choses qui leur plaisent, selon leurs gouts, leurs préférences, ça peut parler de cinéma comme d’un style de musique en particulier.

La différence que l’on a par rapport à d’autres, c’est qu’on est une asso étudiante, donc on s’adresse en priorité aux étudiants, mais on peut voir par exemple avec WAM que ce ne sont pas forcément que des étudiants qui sont à Radio Phénix.

Tout le monde peut écouter votre radio alors ?

On a de tout ! On a même des gens qui nous appellent en nous disant « J’ai pas l’âge de vous écouter, mais j’adore votre radio» (rires). Après on reste une radio comme une autre, donc s’il y a des gens de 70 ans qui veulent nous écouter ils peuvent (rires), ou même des jeunes de 14, 15 ans ; tout le monde est le bienvenu à nous écouter.

Niveau musique, dès qu’on écoute votre radio, on ne retrouve pas de Béyoncé, ni de David Guetta, et ni de Johnny Halliday. Est ce qu’on peut qualifier ça d’anti-commercial ou plutôt de découverte musicale ?

Non, c’est avant tout pour faire de la découverte musicale, c’est ce qu’on veut faire à la radio. Je pense que tu dis ça peut être par rapport au jingle qu’on a, le fameux « Ohhhh Noooon » qu’on attend après un cours extrait d’une musique commerciale, ça c’est juste pour la boutade, ça peut parfois être mal vu, mais nous ça nous fait marrer.

L’idée à Radio Phénix, c’est de montrer qu’on peut écouter du Hip-Hop, de l’électro, des styles qui sont quasiment sur toutes les radios mais qui sont ici légèrement différentes tout en étant sur des artistes qui ne sont pas forcément connus. Tout le monde peut apprécier Radio Phénix, j’ai même ma maman qui écoute, et ça ne la dérange pas…

Nous notre travail c’est de montrer qu’il existe pleins d ‘artistes qui font des choses très bien voire mieux que ce qu’on peut écouter sur les grosses radios, des choses qui sont différentes aussi.

Parce que ce qu’on entend sur les grosses radios c’est souvent les mêmes grosses sonorités, si on prend l’exemple de Major Lazer, il a lancé une vague avec Lean On, et on retrouve maintenant plein de fois ces sonorités-là.

Nous on préfère aller chercher des jeunes artistes, qui ne sont pas forcément mis en avant, et qui, pour nous, font des choses, à la base, aussi bien et souvent bien meilleur.

En venant ici, je ne pouvais pas ne pas parlez d’Orelsan, premièrement parce ce que c’est un ancien de notre école, et deuxièmement parce qu’il vous a fait un gros clin d’œil dans son film Comment C’est Loin (de Orelsan et Christophe Offenstein), comment ça s’est passé ?

C’est plus qu’un clin d’œil ! Une des scènes s’est tournée ici. Ce qu’il s’est passé avec Orel, c’est qu’ils (l’équipe de tournage) sont passé en repérage, car dans le film une scène devait se passer dans une radio, et dès qu’Orel a écrit le scénario, il avait déjà pensé à nous, et quand il est venu visiter nos locaux avec son équipe, ils ont très vite visualisé ce qu’ils allaient pouvoir faire ici. Avec Christophe Offenstein (le deuxième réalisateur) ils se sont senti bien ici et ils ont vite validé le fait de venir tourner ici.

Il faut savoir qu’Orelsan n’a pas commencé sur Radio Phénix contrairement à ce qu’on pense… (ce qui se passe dans le film est de la pure fiction), parce que la radio était tout juste en train de se dresser au moment où Orelsan commençait à se développer de son côté sur d’autres radios associatives…

Et donc voilà c’était plutôt rigolo de le voir passer ici, et d’être passé dans le film, ça nous a donné un petit coup de promo pas dégueulasse (rires).

Parlons maintenant un peu de Caen, qu’est ce que vous ressentez par rapport à cette ville ?

Guillaume et moi on est sur Caen depuis un long moment, c’est une ville dans laquelle on se sent bien.

En tout cas la radio fonctionne bien, je pense que maintenant les jeunes ont bien enregistré le fait que Radio Phénix existe. On le voit nous aussi en terme d’audimat et de réactions.

Et puis c’est une ville qui culturellement parlant est hyper agréable. Il y a deux salles de musique actuelles, deux cinémas d’arts et d’essais, il y a aussi le théâtre de Caen, donc pour nous, pour les journalistes, travailler dans ce tissu culturel c’est très agréable et il y a une offre qui est surement plus importante que dans certaines villes de tailles équivalentes.

Et puis on s’entend bien avec certains partenaires comme avec le Cargö ou La Nordik, avec lesquelles on travaille main dans la main.

On se sent vraiment bien dans cette ville, et comme on le dit souvent : on ne veut pas juste être un média ou une radio, mais on veut aussi participer, ce qu’on fait régulièrement avec des évènements comme lors de la projection du film Comment c’est Loin sur l’esplanade du Campus 1 (le 21 septembre dernier).

On se démarque des grosses radios où tout se passe et se décide à Paris, alors que nous on s’accroche à ce côté local.

Et donc pour vous, que doit faire, et où doit aller un jeune qui vient tout juste d’arriver sur Caen? Hormis la rue Ec’ !

Bien déjà dans sa voiture avant d’aller rue Ec’, il peut mettre 92.7 sur sa radio haha, et je lui conseillerais sinon d’écouter les deux émissions quotidiennes de Radio Phénix, La méridienne et Le Label Antenne, ça lui permettra d’avoir un beau panel de ce qu’il se fait à Caen et d’avoir pas mal d’infos.

Sinon je dirais d’être curieux : d’aller au Cargö, où il y a souvent des soirées gratuites, au BBC (Big Band Café à Hérouville), ou au théâtre de Caen, si un étudiant arrive 10 min avant le spectacle il peut avoir des places entre 5 et 10euros (selon les disponibilités) ou encore aller au cinéma le Lux.

Sinon j’incite les gens à s’engager dans la vie associative de la ville, de l’université ou de leur école. Participer à un projet c’est toujours super intéressant.

Dès qu’on regarde Radio Phénix par exemple, c’est juste parti de la volonté de quelques jeunes, au début dès que Guillaume (l’un des fondateurs) a dit qu’il voulait faire une radio, tout le monde rigolait, mais aujourd’hui quand on regarde le résultat c’est super !

C’est l’une des radios associatives les plus écoutée de France, elle a été élue meilleure radio locale de France l’année dernière.

Faut juste croire en son projet. Moi par exemple j’ai fait des études qui n’ont rien à voir avec la radio, et pourtant c’est devenu une passion. C’est ça l’associatif, ça permet de s’engager, de voir ce qu’il se passe ailleurs, d’apprendre des choses, commencer à avoir un pied dans le professionnel et puis surtout ça peut permettre de trouver une vocation.

Vous parliez du Nordik, est ce que vous allez faire quelque chose de spécial par rapport à ce gros évènement électro ?

On va déjà beaucoup en parler dans nos antennes la semaine prochaine, et on sera en direct de 20h à 22h le samedi de la clôture (22/10/16) sur Radio Phénix, et puis on enregistre aussi des concerts.

Propos recueillis le 11.10.16

Si vous souhaitez participer à l’aventure Radio Phénix en devenant bénévole, vous êtes le ou la bienvenue dans cette radio, si vous avez une idée de projet, d’émission ou si vous souhaitez faire parler de votre association, n’hésitez pas à les contacter !

BONUS : Découvrez la petite playlist du moment d’Adrien :

– Vanille Fraise de L’impératrice: https://www.youtube.com/watch?v=iZAqaykiS70

– Canopée de Polo and Pan: https://www.youtube.com/watch?v=_om0W6xzQd8

– Guerreros de Throes + The Shine: https://www.youtube.com/watch?v=iy0TgBjDwAE

– Home Is Where I Am de Superpoze : https://www.youtube.com/watch?v=fAnZFzrdfus

z7ng-okt

Retrouvez la grille des programmes et les émissions de Radio Phénix sur: www.radiophenix.fr et n’hésitez pas à liker leur page Facebook ! En espérant vous avoir convaincu d’écouter cette radio !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s